Lyson Leclercq, auteur et interprète, s’ouvre à la musicalité textuelle et instrumentale au Conservatoire, section piano. A partir de son travail d’écriture Les hommes tombent de la Lune et de la découverte déterminante de la musique expérimentale, dans l’exercice du Spoken Word, elle déploie une liberté inespérée qu’elle partage, dans un échange riche et sensible, avec les musiciens Gaspar Claus, Moshé O’Grady, Yan Péchin et Valentin Thénot.

Lyson Leclercq nous invite à un voyage initiatique, spirituel et sensuel dans l’interprétation de ses textes : SAINT-MERRI mis en musique par le violoncelliste tout terrain Gaspar Claus, KOSMOS avec le guitariste expérimental Moshé O’Grady, le triptyque (AGUILON, HIMÉROS, NÉRÉE) avec le compositeur et guitariste Yan Péchin, ainsi que Valentin Thénot pour la composition de NÉRÉE.

"Avant le travail avec le musicien, je reprends la prosodie du texte avec un objectif sonore. Je cherche la musicalité à l’intérieur du parlé, la mélodie du mot. L’improvisation est au cœur de notre travail, c’est une mise en danger souvent source d’émotions, de failles précieuses et de plaisir. " L.L

 

SAINT-MERRI est insufflé par l’église du même nom, située dans le Marais. L’acoustique de ce lieu et la liberté des sons résonnant dans l’église (Farewell Poetry) furent, lors d’un instant, spirituels.

KOSMOS est la découverte du Holisme, de Hildegarde Bingen et de la théorie de « L’homme Microcosme ». A l’intérieur de l’autre, on découvre notre universalité.

AQUILON est né dans un train. Le vent transporte la pensée, le souvenir dans ce wagon lit, ils deviennent télépathiques, mystiques.

HIMÉROS est un désir interdit. Spinoza écrit : Deus sive Natura, le divin fait un avec la nature. Le désir, faisant partie de la nature humaine, est-il spirituel ?

NÉRÉE est un dieu marin, sa solitude en pleine mer, évoque celle de l’écrivain face à son œuvre abyssale.

Saint-Merri

SAINT-MERRI voit le jour en septembre 2015, composée par Gaspar Claus, arrangée par Cyrille Choupas et René Arnault.

"Sous la plume de Lyson les notes de musiques se révèlent être des bulles de plaisir, l’archet un instrument à caresses, l’instrument un corps vibrant et l’église un temple voué au culte de l’emphase. Lyson engendre un poème épique, un tourbillon de mots qui s’élèvent vers l’infini du désir humain. La rencontre avec Cyrille Choupas et René Arnault, pour deux des trois titres de ce texte-récital m’a mené dans de retranchements créatifs que je ne soupçonnais pas chez moi. A nous quatre, sous la houlette de la petite grande voix de Lyson, je pense que nous réussissons l’espace de quelques mots, le temps de quelques sons, à retourner une église toute entière." G.C.

"En me plaçant dans cet exercice d’improvisation, Gaspar m’a permis de trouver une musicalité textuelle, l’écoute, l’instinct." L.L

Kosmos

Suite à SAINT-MERRI , Lyson et son Spoken word, spiritualise à nouveau le désir. Avec KOSMOS , elle nous invite à plonger dans le corps d’un homme, elle pénètre sa peau devenue un microcosme. Ce texte est inspiré de L’homme microcosme, théorie soutenue notamment par Hildegarde de Bingen.

Ce voyage cosmique est mis en musique par Moshé O’Grady, ses notes tenues, sa résonance harmonique et son développement lent, rendent hommage aux maîtres du minimalisme primaire.

Leur rencontre hypnotisante met en lumière une poésie rock et charnelle.

Dans la mythologie, Aquilon est la personnification du vent, Himéros est celle du désir, Nérée un dieu marin. γ gamma, trois dans le système de numération grecque.

Ecrit par Lyson, ce triptyque est mis en musique par Yan Péchin. Valentin Thénot est intervenu dans la composition de NÉRÉE, ajoutant ses nappes ambient expé. AQUILON l’impalpable, HIMÉROS le libre et NÉRÉE le solitaire, soulignent la trace spirituelle qui subsiste en chacun de nous.

"Accompagné de ses six guitares et de son banjo, Yan travaille par couches, chacune se parlant, se mêlant à la fin de l’après midi. Après cette construction et quelques écoutes, nous avons enregistré la voix. L’improvisation se trouve sous différentes formes dans chacune de nos créations." L.L.